Thursday, December 31, 2015

Une année sur les chemins de Provence


Meilleurs Voeux 2016 
Sous forme de diaporama ( ce dernier est long à charger  , il fait son capricieux ;)
Une année sur les chemins de  Provence  

Clichés de :
Gordes , Port St Louis  du Rhône ,Les Saintes- Maries de la Mer , Camargue , Phare de la Gacholle , Le Vaccarès , les bories pointues de Manes , canards château Sauvan Mane ) Prieuré de Salagon ( Mane ) , les gorges d'Oppedette( Oppedette ) , les gorges de Curnier ( Mt Ventoux ) le plateau des Mourres ( Forcalquier )Notre Dame de Lure ( Montagne de Lure par Cruis ( Basses Alpes ) chamois vallon de la Sénancole ( Gordes ) Les Baronnies , les Beaumettes ( Gordes ) Montbrun les Bains , Le Vieil Esclangon ( proche Barles ) La Clue de Barles ( Vallée du Bés ) la porte du cimetière de Barles (lieu d'inspiration " Les courriers de la mort "  roman de Pierre Magnan  ", L'aubade aux Baux de Provence , Les Ocres à Roussillons en Provence , les Ocres de Mormoiron , les Ocres du sentier des Maîtres de Forges , l'Abbaye Silvacane , Le Mont Ventoux , Chapelle vallée du Jabron , Les Trois Soldats ( bories de Gordes ) Lavande plateau de Valensole ( 04 ) ,lavande village de St Jurs ( 04 ) lavande plateau de Ferrassières dans la Drome Provençale , Abbaye de Sénanque ( Gordes )  ,, Cabrières d'Avignon , Palais des Papes Avignon ,Aigues Mortes , Chapelle St Pons ( la Robine sur Galabre )forêt brûlée ( colline St Jacques de Cavaillon )Brantes , Ménerbes ( neige )  Moustiers Ste Marie , Ermitage Notre Dame de Belle Grâce ( St Guilhem le désert , Les Fenestrettes ( St Guilhem le Désert ) Chapelle St Ser ( Montagne Ste Victoire ) Chemin  Ste Victoire; Le Vieil Oppède , Moulin à huile troglodytique ( Vallon de la Sénancole Gordes ) Impluvium de la Pastrione (Saumane de Vaucluse) bergerie troglodytique de la Pastrione ( Saumane de Vaucluse ) Plan d'eau au coeur du village de Cuccuron , Chemin de la Fontaine des Anges ( Mt Ventoux ) Rocher de l'aiguille combe Fiole ( Mt Ventoux ) Le Vieux Montsalier , Le Vieux Redortiers ( Contadour ) Le Jas des Péleribns ( Mont Ventoux ) Clapier de l'Ermite ( Mont Ventoux ) Désert de pierres ( Mont Ventoux ) Combe de la Canaux ( Mont Ventoux ) Combe de Guérenne ( Mont Ventoux ) Bergerie de la Bouscarle ( Contadour ) bergerie de la Gardette de Vinatier ou Jas Clément (les Bergeries de Chapellane : Saumane proche  de Banon )Village de Méthamis , Route de Sault , Vallon St Gens , ferme troglodytique vallon de Carroufra  , falaise de Calès  ( Lamanon ) Vaison , Le Crestet , Séguret , les Claparèdes ( Bonnieux ) Arles : les arênes , le théâtre Antique ,église et  cloître St Trophime ,abbaye de Montmajour , site archéologique de Glanum, ( St Rémy de Provence , le cloitre St Paul de  Mausole " Van Gogh " à St Rémy de Provence , Chapelle St Sixte " à Eygalières dans les  Alpilles" Borie sous roche ( chemin de l'homme mort " Valescure/Fontaine de Vaucluse " Chateau des Evêques " Fontaine de Vaucluse " Jardin Pétrarque " Fontaine de Vaucluse "Bergerie de la Baume du Chat "( combe de la Baume du chat  Mont Ventoux )"Chapelle St Jean ( Combe de Canaud Mont Ventoux ) vignobles de  Gigondas , les Dentelles de Montmirail ( vues du Mont Ventoux ) La montagne Ste Victoire ( depuis la colline des Lauves " Aix en Provence ) le sentier des Venturiers  et le Prieuré  Ste Victoire " montagne Ste Victoire " Aix en Provence , sentier St Ser et chapelle Ermitage  St Ser Montagne Ste Victoire, le Jas de Bouffan Cézanne " Aix en Provence " L'atelier des Lauves " Cézanne " Aix en Provence, Le Pape ( cairn pyramidale sur la crête de Lure ligne de crête de la Faye sommet du Larran )  Le Jas des Agneaux ( lieu de tournage du film Crésus , c'était la maison de Fine il est situé juste en dessous de la ligne de crête de la Faye ) Simiane la Rotonde , Moutons à Banon , Fleurs d'amandier , Combe Fiole " en été et  automne; Mont Ventoux  ) le Rocher de l'Aiguille " Combe Fiole : Mont Ventoux ) Mont Flamarin  : Luberon ) Jas des Pélerins situé au départ du Désert de pierre et du Clapier de l'Ermite Mont Ventoux ) le champs de l'Amant (  Chapellane ) Simiane la Rotonde
" Tant d'espandimen de naturo pago largamen dou matrassant camin "
Autant de splendeur de la nature paie largement la difficulté du chemin

Friday, July 12, 2013

Champs de lavande: plateau de Valensole

Champs de lavande plateau de Valensole
Je dédie ce diaporama à  Monika " Clic" une inconditionnelle de Valensole ainsi qu'à une autre personne  qui  se reconnaîtra si ses pas le conduisent jusqu'ici  ;)
Je serai avare de mots préférant vous laisser  surfer sur ces vagues tantôt teintées d'un   bleu   gris acier ,  bleu mer du sud  ou de mauve selon la  luminosité de la journée ou de la météo devenue très orageuse en fin d'après-midi ( très bel orage en soirée  sur le village de Moustiers ste Marie !!!)

Sunday, June 2, 2013

Le printemps existe ! je l'ai rencontré :)

Le printemps existe ! je l'ai rencontré :)

Saturday, April 13, 2013

Le Mont Ventoux en silence ......

Le Mont Ventoux..... en silence
A force de regarder jour après jour le Mont Ventoux se lever dans l 'atmosphère teintée de rose du matin  ,  s'enflammer le soir dans l'orange du couchant ,  jouant parfois  à s'accrocher aux couleurs  d'un   arc-en-ciel resté planté là devant lui dans un fin rideau de pluie ,toujours  camouflé de blanc l'hiver couronné d'épais nuages gris sale , se baignant à la certitude du bleu couleur océan l'été revenu , se faisant l'écho du regard porté sur lui depuis le  mont Flamarin  et ... de tant d'autres ...en vérité , je l'ai tant photographié , admiré  , regardé et scruté  sur toutes les coutures alors ....il fallait bien un jour lui porter visite :)
Le 7 avril dernier pourtant le col était encore  fermé à la circulation ,  c'est à pied   d'un pas presque alerte que  j'ai terminé  cette  balade  depuis la fontaine de la Grave celle qui chuchote à l'oreille en distillant des notes de rêve à celui qui veut bien s' y arrêter le temps d'une pose silence ......sans oublier  la belle récompense si la brume le permet de pouvoir apercevoir .... la pointe du Mont Blanc posée sur la ligne d'horizon :)

Friday, March 22, 2013

Les amandiers refleurissent ...

Les amandiers refleurissent ...
Depuis quelques jours,  le beau temps s'est installé  sur le Luberon , la chaleur  ,  dès le matin  , glisse  en ondes  douces et  légères ,  les collines  se déclinent   vert olive  , sur la ligne d'horizon  se détache le mont Flamarin ,  même le vent se fait  discret  presque cajoleur  , le ciel  quant à lui  semble d'une pureté de vitrail ,   le  bleu y semble    sans égal
 Profitant de ces premières belles journées de printemps ,   je m'occupe à m'échapper  le plus souvent possible de la maison   , pour me rendre au village du Vieil Oppède ,   distant seulement  de quelques kilomètres de Ménerbes  ,   il me faut pour cela ,   suivre   un  discret chemin  ,    celui  de Fondos , tout au long de celui-ci les amandiers explosent en    fleurs blanches ou roses ,  il me semble pouvoir   dans cette brise sauvageonne    respirer une délicate effluve   d'huile d'amande douce , rêve ou réalité  ? ....je pencherais pour le   le rêve  qui alimente l'esprit en fables agréables    ... je dépasse un antique  lavoir  qui se trouve   en contrebas de  la route  , les  marches  pour y accéder  y  sont  usées comme pierre polie ,    cet outrage dû au  temps  se cache sous  un  patchwork  vert  mousse   brodé   de  petites touffes  de  violettes   odorantes  ,       autrefois   lieu de  labeur et d'échanges il   n' est  aujourd'hui  , que  silence  ,  comme   abandonné    à une dame nature   toute aussi endormie que lui  , je l'imagine  aux temps anciens ,  animé par   de fortes  femmes battoir en main  ,  explosant la surface de l'eau avec les lessives toutes fumantes  charriées sur des brouettes  de fortune ,  le chahutage  étant le lien entre de hauts verbiages  ricochant   de bouche en bouche ,  les enfants  un peu plus loin s'occupant à de simples jeux ....la vie de campagne .
Le chemin de Malpertuis grimpe en pente douce , sur ma gauche des carrières qui éventrent une partie des collines , les amandiers adoucissent cette image  de combat , au croisement ,  je poursuis mon chemin  ,   de superbes bastides apparaissent entre  oliviers  ,  cerisiers ou  vignes taillées à la perfection ,je n'avais pas remarqué de suite que certains pruniers étaient également couverts de fleurs minuscules d'un blanc nacré ,  un  peu à l'écart de la route ,  sur une   restanque   un chat se chauffe au soleil
Maintenant la draille bifurque sur la gauche  en pente  très  raide , encore un petit effort ,  puis à travers les branches d' un verger de cerisiers ,   le village du Vieil Oppède apparaît ,   tel un nid d'aigle  ,  accroché à  son piton rocheux , ayant le soleil dans les yeux je le vois  presque gris/bleu , encore quelques pas puis je dépasse  les premières maisons peintes en rose fané ,   arrivée   sur  la  place du village  pavée telle  une calade ,un banc de pierre m'accueille .....je ferme les yeux , je  laisse    le soleil  chauffer mon  visage , deux chats dénués de méfiance à mon égard  décident de se coucher   à deux pas de moi , j'entends un couple  qui échangent  des propos anodins mais, .. "avé " l'  accent si  particulier et   chantant    de provence , dans lequel je me laisse porter et bercer ,  je ferme les yeux , me vide l'esprit ,j'écoute à présent le presque silence de ce  village encore vide de touristes , dans quelques jours il  en sera  tout autrement , il me faudra alors attendre l'automne pour y revenir lézarder dans la quiétude retrouvée , pour le moment je suis rassurée ...les amandiers refleurissent  :)

Thursday, January 17, 2013

Neige de janvier .



Neige de janvier  ou  le temps du blanc :)
Il  était encore  tôt ce matin ,  la lumière naissante de l'aube ,  timide  et rose effaçait  en douceur  les derniers lambeaux de cette  nuit   glaciale ,sur l'horizon de gros nuages   prenaient forme , se poussant  ,    au rythme des bourrasques de vent ,    quelques flocons   serrés les uns contre les autres commençaient à virevolter avec exubérance,   ils semblaient pourtant hésiter  à descendre , tournoyant tel du    duvet de canneton   au gré des gifles  glacées du mistral ,   sur le macadam  sombre et  humide  , rongé par de grosses   plaques étoilées de  givre   ils se posaient  çà et là    , les premiers tels des farfadets  disparaissaient au contact du sol , le froid se faisant plus vif les suivants  s'installaient escamotant le gris sale des calades ....il neigeait !!!!
Bien au chaud derrière le double vitrage de la cuisine , je regardais avec des yeux d'enfant ,  mon  village devenir tout autre,  il semblait en ce moment  bien   différent du hameau  provençal  d'hier   ,  il y a quelques jours  encore il  avait  un aspect  charmeur avec  ses façades  gaies et  rassurantes aux   teintes ocre  mélangées  de  rose léger  à l'image d' un baiser  volé ,  les toitures de coutume  jaune de Naples ou vermillon  usé   qui à  l 'ordinaire  semblaient toujours onduler   sous  les pluies diluviennes de  printemps    ,     se raidissaient ce matin   en un silence ouaté  sous cette   fine couche de   blanc , quant aux   cyprès de coutume  toujours ployés de vert sombre à cet instant   devenaient petit à petit  couleur cendre , en écartant avec délicatesse  leurs rameaux tels des  doigts comme   pour en happer  les maigres  flocons   ,   les  racines quand à elles  bien ancrées  au bel été dans  des herbes  craquantes et rousses  flirtaient  dorénavant   entre   des touffes devenues d'un beau   gris-bleu  grace aux fées   gelées
A travers les volutes de ma tasse  café se dessinait  une belle   envie de balade pour  fouler cette  neige de janvier l'entendre crisser sous mes pas
Mais avant de partir pour tutoyer cette  campagne raidie de froid , je  programmais le four pour  un pain d'épices à la guinness   ,  cuisson que je souhaitais  parfaite malgré mon projet de fuite ,  heureuse à la  pensée des  effluves  rassurantes et sucrées qui m'accueilleraient  lorsque dans une heure ou deux ,   frigorifiée je rentrerai   à la maison
Rapidement emmitouflée de mon vieil et  difforme pull irlandais  ,  d'une écharpe rouge aussi longue qu'une chaîne d'arpenteur ,le tout complété  par  mes vieilles bottines noires ,   j 'empruntais ainsi attifée   la Courrejho ,  calade   bordée  dans ses premiers mètres  de maisons fort belles,  rendues austères par le froid  de janvier   puis avec nonchalance  elle s'étire en une petite côte qui semble dissuasive  pour le promeneur du dimanche ,  certes ,   un peu raide de prime abord   mais ensuite  en  bonne fille elle vous offre   la   clef  pour   une évasion réussie  vers  un  maquis  sauvage  qui sans crier gare vous saute  au visage ,tel un amant avide d'amour   ,   de ces entrailles aujourd'hui devenues blanches on embrasse  d 'un  regard  admiratif  ,les collines bleutées qui enserre ce paysage  du Luberon
Dire qu'il faisait froid n'était pas   mensonge  ,mais  ce petit désagrément se désintégrait au fil  des traces laissées dans la neige , tout n'était  que silence ,les vignes dénudées semblaient grelotter de froid ,les feuilles rousses restées accrochées aux chênes  s'agitaient dans un  bruit sec de  papier froissé ,les olives fripées par le gel  et  oubliées sur le sol se faisaient étrangement présentes sur la neige ,      les flocons devenaient plus  piquants ,en fermant les yeux on les entendait tomber sur le sol gelé telles  des aiguilles de verre  ,  au loin un son de carillon ,je pensais sur l'instant comme réveillée en sursaut à  l'horloge du village , je comptais , un , deux , trois , quatre , cinq ...puis oubliais cette cloche qui égrenait au  gré du vent les heures  passées  , celles qui rythment  tel un métronome notre vie de tous les jours  ..... la fuite du temps s'imposait brutalement à moi   tout  aussi coupant que la réalité du froid qui me rougissait les doigts ,ou de  cette neige  fine qui soulignait tout sur son passage tel un peintre barbouillant avec passion  sa toile , le temps .....la  cruelle réalité du temps qui passe  sur tout  en se souciant de rien ...
Le mistral se lève   plus froid  encore qu'au lever du jour ,   la température s'affiche fièrement  en dessous de zéro quand au    ressenti il est lui aussi   en chute libre  , mon APN , plus frigorifié que moi se refuse à tout autres prises de vue  ...sans doute est-ce   le signal  pour quitter ces chemins creux ou tout n'est plus que silence ...... la neige redouble ..au loin le village apparaît  avec ses blanches   toitures  coiffées à la diable de    cheminées poussant de généreuses  volutes bleutées .
Je pense avec gourmandise aux suaves odeurs de pain d'épices qui  doivent déjà embaumer ma cuisine ....plus que quelques pas ...







Saturday, December 22, 2012

Bonnes fêtes de fin d'Année

 Je vous souhaite de très belles et joyeuses fêtes de fin d'année
 Diaporama "  Les  villages du Luberon  " ou  j'ai aimé  cette année me balader au gré du vent

Sunday, October 28, 2012

A force d'écrire tout et n'importe quoi pour rire .... il fallait bien ....


A force d'écrire , tout et n'importe quoi  pour rire ....il fallait bien ..:)
Oui ! il fallait bien  , que  de ces appels pleins d'humour  ,  déposés depuis  notre bel été ,  rédigés  de façon courtoise et amusante,  entrecoupés d'éclats de rire et   en n'en pas douter pensaient'ils  , de la  lecture pour  touristes ébahies devant ces mots  désinvoltes et si  rafraîchissants  , certes   , la   chaleur    cet été  avait été et était encore trop présente et nos joyeux Ménerbiens  rédacteurs  pour l'occasion , s'en amusaient  follement 
  Il fallait bien qu'un  jour  ,plutôt  ce 28 octobre au matin  pour  que   la neige  nous fasse la surprise d'un   rendez-vous  , saupoudrant  allègrement le  village encore endormi  d 'une fine couche   de petites plumes toutes  menues et  blanches , ce matin Ménerbes ressemblait à une meringue ! c'est ce qui s'appelle prévoir le  météo  plusieurs semaines à l'avance  :)
Hier le vent soufflait en tempête avec des pointes à 130 k/h  fascinée par ce paysage battu par ces gifles venteuses et glaciales  , je me suis arrêtée  , les pieds ancrés  telle   une plantation d'automne   au village de     Lourmarin  celui de Camus  et là  j'ai  fermé les yeux , et me  suis souvenue de ces jours de tempête , je me revoyais  sur les plages du Beg an Dorchen ,ou de St Anne -la-Palud  le vent me fouettant le visage , il me semblait entendre les cris stridents des mouettes et goélands , le ressac douloureux de l'océan  contre les falaises  , un chien aboyer  , l'odeur de varech ..j'ouvre les yeux , devant moi  , ce ne  sont au loin   que  des arbres , de ceux qui étaient si chers à Vincent  , ils ploient  en se tordant sous les rafales de vent....mon esprit galope ...rien ne change vraiment dans la vie seule la distance que l'on  peut mettre entre soi et  les paysages , offrant  l'illusion , juste l'illusion que tout peut être différent  mais au fond rien ne change vraiment on se déplace sur des routes de hasard , des lieux improbables ..mais nous-même  restons immobiles .quel que soit le lieu  de chute ..
Ce matin du fond de mon lit , d'un oeil surpris je vis par la fenêtre le toit de mon voisin  , d'apparence si blanc  , si  brillant c  , il me semblait que cette maladie en cette saison ne pouvait qu'être un peu de gelée blanche  que nenni , les appels  Ménerbiens avaient bel et bien été entendus :) 
Je suis sortie mon premier café à la main qui fumait comme locomotive  attaquant une côte , les flocons minuscules et d'une étrange dureté  virvoltaient  comme de petits Elfes ,  heureux ,  de leur blague 
Dis et pour Noêl , Dame neige  tu reviendras  ?

Friday, October 26, 2012

Il fallait bien qu'un jour ...l'automne arrive !


Il fallait bien qu'un jour ,  l'automne  arrive ,  avec sa cohorte de feuilles  rousses et or jetées , à la face du  vent , j'aime les voir glisser ainsi ,  sur des routes incertaines et invisibles ,  pour venir  en douceur ,  paver les calades pentues de Provence , se jouant du vent  ,  riant  de tout  , pour devenir  de petits tas sages    comme des images posées là  , tout en bas des villages  , tout contre les portes ,   restées sourdes à leurs appels  muets à se faire admettre  , au sein de   ces  intérieurs sentant  si  bon l'encaustique et la tarte aux pommes .    Lever les yeux   , en direction de  ces  petits matins brumeux   devenus ,   si humides à force d'averses orageuses c'est commencer à admettre  ,  que l'été et ses rires légers ,  s'en  étaient allés  sans bruit sur la pointe des pieds   ,  été ,  devenu passé , comme poussé ou porté plus loin  par le temps qui passe , c'est  frissonner  plus fort  de nostalgie que   du froid murmure du vent , frissonner  pour peu que l'on soit couvert  que d'un fil soyeux ............

C'est la saison des pommes des coings , et des potirons .....des sucreries si douces en bouches  celles  qui flattent nos sens gourmands 
Je sais depuis peu   , que cette chaise   posée , là ,   tout contre l'ombre  rassurante ,   d'un  petit  village  perché de Provence , baigné par les chuchotements cristallins d'une fontaine  toute proche  et par les  souvenirs d'un autre temps ceux de  Sade  présent le long de ces ruelles aux galets aussi  usés  que le temps qui s'y écoule doucement  , cette chaise , si fragile   restera  sans surprise , dans l'avenir   vide , vide de sens , vide de toute espérance  , moi qui souhaitais  tant y voir  un jour   mon rêve  s'y asseoir ....mais les rêves ne se réalisent jamais  , ce ne sont ,  que des rêves  de ceux qui  se doivent de le rester ! je devrais pourtant  , le savoir moi  ...., si ...lucide ,  mais  , j'avais tant espéré ... je sais que  ce chagrin  , ne saura  me quitter .....
Ce soir  j'emprunte cette ruelle dont ,  je n'arrive toujours pas à retenir le nom   , ce soir ,  je rentre comme tous les soirs,   ce soir,   je rentre  dans mon village  , un autre village tout aussi beau et  perché que celui de la chaise vide  , dans ce village que j'aime tant  , ce soir ...je le croise  , lui ,  avec ses grands yeux à la Morgan moi  , avec mon objectif braqué sur lui ...ce soir il attend  , il attend qu'on lui ouvre la porte  tout comme les feuilles d'automne qui ont des  rêves de  chat ronronnant au coin du feu.... je le caresse ...mes pensées sont déjà ailleurs , vers  cette chaise  ... d'un village  ou je n'irai plus  dont  je  n'espère plus rien  .

Saturday, July 28, 2012

Des cerisiers , aux champs de lavande


Que de temps s'est écoulé depuis mon installation en Provence , il me semble en ouvrant ce  blog ,  être passée ,  des cerisiers en fleurs   aux champs  couleur  lavande du plateau de Valensole et cela ,   en un claquement de doigt , je  pense que le temps ,  file  bien trop vite ,   tel  un mince filet  d'eau versé   entre les mains  jointes  en  forme de  calice ,  on pense   , naïvement  , que l'on aura le temps de boire et puis... .. rien !  juste le souvenir   de cette eau  fraîche  restée   sur  nos  paumes encore   ouvertes ,    le temps ,  se moque de nous 
Il est curieux  , de penser  , qu'au  milieu  de nul  part ,  lorsque je parcours les garrigues , les mollets déchirés pour les épineux , les yeux noyés de ciel bleu , l'oreille bercée par les cigales , l'odorat en éveil  ,  mille mots me viennent à l'esprit et assise 

face à mon clavier la magie  des mêmes mots s'évaporent comme neige au soleil ...Aristote enseignait en marchant , sans doute devrais-je me mettre à écrire  tout en marchant  pour ne rien perdre du fil de mes pensées ...
Ce qui est bien présent à mon esprit ( oui tout de même ) c' est que d'avoir quitté cette grande maison bretonne   et  son parc  si vert  été comme hiver  m'a procuré une grande liberté ....cette sensation d'évoluer librement n'a pas de prix ,  sans doute la prochaine fois aurais-je réussie à regrouper  ces quelques mots  que j'avais  tant envie de poser là comme notes de musique sur un fil d'Ariane 

Sacha